Thématique de l’Atelier Urbain AIX2040 édition 2015

« Plaisir d’habiter en ville autrement »

Nouveaux modes d’habiter dans « le quartier moderne » d’Encagnane

L’étalement urbain d’Aix-en-Provence avec les difficultés engendrées (ville sans structure, consommation d’espace rural et paysager, problème de transport et desserte, pollution…) a conduit l’association DEVENIR, dans le cadre des réflexions sur le futur PLU (Plan Local d’Urbanisme) de la ville, a inscrire le projet de développement urbain dans une perspective de requalification des quartiers périphériques du centre historique en accompagnement de leur densification avec création de nouveaux immeubles, rehausse d’immeubles existants et remplacement de constructions existantes.

La requalification de ces quartiers à densifier est le moment privilégié pour définir les rues et places nécessaires à leur bonne desserte et introduire une qualité d’immeubles de logements, en particulier dans leur disposition spatiale et architecturale qui soit une alternative à la maison individuelle réalisée dans la grande périphérie de la ville.

Donner envie d’habiter autrement est l’ambition portée par DEVENIR en étant attentif à la composition urbaine des rues et places, à la préservation des espaces verts, à la sauvegarde des éléments patrimoniaux et identitaires du quartier, à la qualité architecturale des nouvelles constructions  et à leur qualité d’habiter. Définir un nouveau mode d’habiter s’inscrit dans le prolongement  des recherches et réalisations expérimentales de la deuxième moitié du XXème siècle dont les cités radieuses de Le Corbusier, Habitat 67 à Montréal de Moshe Safdie,  les immeubles de Renaudie à Ivry, Ville tanneuse, Givors et Grenoble témoignent avec intérêt. Beaucoup de travaux ont été réalisés sur cette thématique, pourtant pour la majorité d’entre eux, les projets de logements proposés aujourd’hui s’en inspirent peu et présentent  une distribution de pièces sans se préoccuper de l’identité du quartier, des espaces extérieurs, de l’ensoleillement, de la transparence, du volume mis en scène et de la polyvalence des usages.

Au-delà de la composition urbaine et architecturale, prenant en compte les aspirations des habitants et les ambitions de qualité urbaine, paysagère et architecturale, garant du souhait d’habiter en ville, les propositions devraient donner envie aux habitants des maisons individuelles de la grande périphérie de revenir en ville.

Nous proposons donc de travailler dans cet esprit, sur les transformations induites par la densification  qui nous paraît inéluctable de la ville. Il  s’agira alors  de concrétiser la réflexion sur le quartier d’Encagnane.

 

Pourquoi Encagnane ?

Dans les années 70, la ville d’Aix affirme sa politique d’extension et décide ainsi la construction de ce qui sera  le début de l’évolution de la ville moderne. Encagnane se situe  à proximité immédiat du centre ville. La ZAC Sextius Mirabeau, le dernier grand projet urbain aixois situé entre Encagnane et le centre-ville  historique, avait à l’origine, comme objectif de relier la ville ancienne à la ville  moderne, il n’en fut rien !

Ce quartier d’Encagnane composé  en grande partie d’ensemble d’immeubles sociaux, cumule les  handicaps liés à sa situation géographique proche des autoroutes et à sa composition sociologique trop uniforme.

Sa conception urbaine est toutefois de qualité et suffisamment ouverte pour favoriser une évolution qualitative si l’on prend la peine de s’y investir. Les recherches porteront  sur :

•        La  connexion du quartier au reste de la  ville et notamment avec le centre ville ancien.

•        Un nouveau maillage entre les bâtiments : gestion de la voiture, des espaces verts, des circulations piétonnes.

•        La diversification des fonctions  qui peut induire le changement de destination  d’immeubles existants.

•        La requalification de certains  immeubles  existants : creuser, étendre, gonfler, surélever.

•        La prise en compte de la proximité des autoroutes et le traitement des nuisances.

•        La création de nouveaux bâtiments.

Cela pourra être l’occasion de proposer de nouvelles façons d’utiliser les espaces : création d’espaces extérieurs et verts en hauteur qui induiraient  un nouveau mode d’utilisation du logement ; Imaginer un autre concept  de logement (ce qui ne veut pas dire travailler de nouveaux appartements dans le détail), utiliser la mutualisation  de certains  services …

Cette volonté de requalifier ce quartier aurait pour effet d’y introduire une nouvelle mixité sociale mais également économique et culturelle si l’on y associe les lieux d’activité, de loisirs, des équipements culturels et d’enseignement, etc.