Position de DEVENIR sur la métropole

Dans le cadre de la réflexion sur le projet de la métropole Aix-Marseille, l’association DEVENIR a souhaité préciser les opportunités, les enjeux ainsi que les grands objectifs que peuvent représenter la mise en place de cette métropole.

 

 

AIX MARSEILLE METROPOLE – Les architectes et les urbanistes pour une métropole active

Le projet de métropole Aix Marseille représente une chance historique aux yeux des architectes et des urbanistes qui y vivent et y travaillent.

Nous y voyons en effet l’occasion de réaliser un vrai projet urbain à l’échelle de ce territoire, un projet élaboré sur les bases d’une étude de diagnostic, d’état des lieux, d’analyse morphologique, paysagiste, économique, sociale. D’un tel travail, l’ambition d’une politique commune d’aménagement pourra être prise en compte dans un projet cohérent, toujours en évolution et fruit d’un dialogue entre élus, professionnels publics et privés et des citoyens.

C’est aussi prendre en compte la spécificité de son territoire et de sa population (4,5 fois plus grande que l’agglomération parisienne, pour une population 3,5 moindre), constituée de villes centres, d’espaces spécialisés (habitat, commerces, activités, loisirs,) et d’espaces interstitiels ; Prendre en compte également les atouts d’un territoire enviés par tous par son climat, sa diversité paysagère, sa situation géographique en Europe et dans la Méditerranée.

Les grandes lignes de ce projet d’aménagement porteraient sur les points suivants :

  • 1 – Développer une véritable politique de déplacement et de transports alternatifs aux déplacements automobiles. Les déplacements automobiles sont source de nuisances inacceptables pour les habitants : pollution de l’air, bruit, embouteillages, dangerosité, déplacements laborieux au quotidien et épuisement des ressources naturelles. Le territoire doit désormais se développer et se recomposer autour de transports collectifs efficaces, elle doit également viser à réduire les déplacements en favorisant la densité et la mixité urbaine.            Rattraper les retards importants en matière d’équipement de transports en commun ; envisager des Transports en Commun ambitieux, audacieux (lignes RER, métro ou similaire entre les grands pôles de liaison, l’aéroport, les gares TGV, les villes principales ); offrir des transports en communs originaux, ludiques, confortables, modernes (navettes maritimes, transport aérien) ; dés maintenant réserver une voie au bus sur les autoroutes urbaines (Aix, Marignane, Aubagne). Mettre en œuvre des solutions pour réduire les déplacements par une meilleure offre de logement et une incitation à une mixité d’activités et retrouver ainsi la qualité de travailler près de chez soi. Rendre la ville aux piétons ; retrouver le plaisir de la marche à pied en ville.

  • 2 – Harmoniser les territoires pour créer des villes plus compactes et plus humaines. Cesser d’étendre inutilement les villes, préserver la campagne, ses terres agricoles, ses collines et concentrer le développement de la ville autour des centre historiques, intensifier, optimiser les espaces urbanisés, créer des espaces publics riches, harmonieux, (en s’appuyant sur les enseignements du cours Mirabeau, vieux port). Réorganiser les territoires urbanisés en introduisant de la mixité d’activités plutôt que favoriser des zones à usage unique (commerces, habitats, activités, industrie, loisirs, etc). Ne plus utiliser de méthode d’urbanisation monofonctionelle, ne plus projeter à partir de simples opportunités foncières. Mettre au cœur de la réflexion les quartiers périphériques sensibles(quartier Nord de Marseille, zones périphérique de Martigues, Salon, Aix,) dans le projet d’aménagement comme une entité forte et créatrice.

  • 3 – Promouvoir les activités économiques, proposer des espaces d’accueil structurés, équipés, en relation immédiate avec les lieux de vie (habitats, commerces). S’appuyer sur les activités du port, l’industrie de haute technologie, sur l’ingéniérie régionale, la technologie environnementale, sur la micro électronique, la recherche, etc ; les implanter en garantissant l’accessibilité et l’offre de logements correspondante. Envisager le développement de zones d’activités en mixité avec l’habitat.

  • 4 – Préserver et mettre en valeur les espaces naturels remarquables (Ste Victoire, Ste Baume, la chaine de l’Etoile, les Calanques, la mer, l’étang de Berre, etc) ; mettre en scène les « coulées vertes » (l’Arc, l’Huveaune) ; intégrer la nature au cœur des espaces urbanisés, enrichir la ville de parcs et de promenades.

 

  • 5 – Protéger les terres agricoles de qualité (Pays d’Aix, Salon, la Crau ) ; développer une agriculture de proximité, développer les projets de jardins partagés.

  • 6 – Permettre l’accès à un habitat de qualité pour tous situés au cœur des villes, dans des quartiers animés, structurés, cohérents. Inventer un nouveau mode d’habiter, s’inspirant des qualités de la maison individuelle adapté aux quartiers urbanisés ; valoriser une expression méditerranéenne de l’habitat

  • 7 – Créer un patrimoine architectural contemporain de qualité, developpant le désir de tourisme et d’accès à la culture

Une telle démarche est tout à fait réaliste. Elle nécessite simplement une réelle volonté politique pour que la métropole soit un territoire où il fait bon vivre…

Il est permis de rêver…

Aix en provence 26/09/2014