Manifeste de DEVENIR

L’association DEVENIR a été initialement créée au début des années 1990 avec l’intention de créer des échanges entre les architectes d’Aix-en-Provence et du Pays d’Aix. Après 10 années actives, l’association s’est essoufflée pendant quelques temps pour se réveiller en 2009, en réaction à la consultation de la ville d’Aix-en-Provence pour le plan local d’urbanisme (PLU). Depuis 2009, l’association engage une réflexion soutenue sur le développement de la ville et devient une force de propositions et de sensibilisation. 

Rapidement, l’association a ressenti le besoin de définir les objectifs et enjeux pour Aix-en-Provence et le Pays d’Aix résumé dans le texte ci-dessous. 

7 objectifs/enjeux pour Aix-en-Provence

Les 45 architectes et urbanistes de l’association Devenir militent pour que les impératifs environnementaux de notre temps, exigés par le Grenelle de l’environnement et la loi SRU, soient pleinement pris en compte dans la nouvelle politique urbaine de la ville d’Aix-en-Provence. La réduction des déplacements automobiles, la lutte contre l’étalement urbain, la protection des zones agricole et des espaces naturels, la densification des zones déjà urbanisées et l’amélioration de leur cadre de vie en sont les principaux objectifs. Ces architectes et urbanistes appellent à un renforcement des moyens de mise en œuvre d’un projet qui nécessite d’articuler les courts, moyens et longs termes. Ils entendent contribuer aux travaux d’élaboration du projet urbain et territorial aixois engagé par la municipalité.

Ces 7 intentions sont à la genèse de notre regroupement :

  1. Redéfinir la ville et la qualité de ses usages

Relire et mieux comprendre la composition et l’organisation de la ville. Identifier les quartiers, requalifier leurs micro-centralités, les liaisons entre eux, revaloriser les pratiques de proximité, reconsidérer l’importance des espaces publics.

  1. Engager une réflexion et des projets à l’échelle métropolitaine

L’image, l’avenir et l’attractivité de notre ville ne peuvent s’imaginer qu’à l’échelle de la métropole Aix-Marseille. Ce vaste territoire a besoin de visions ambitieuses en matière de transports, de développement universitaire, de fonctionnement judiciaire, d’attractivité économique, d’organisation du développement commercial, de protection des sites, qui ne pourront s’exprimer que grâce à une étroite collaboration entre les différentes entités de la métropole.

  1. Développer une véritable politique de déplacement et de transports alternatifs aux déplacements automobiles

Les déplacements automobiles sont source de nuisances inacceptables pour les aixois : pollution de l’air, bruit, embouteillages, dangerosité, déplacements laborieux au quotidien. La ville doit désormais se développer et se recomposer autour de transports collectifs efficaces, elle doit également viser à réduire les déplacements en favorisant la densité et la mixité urbaine

  1. Sanctuariser les espaces naturels et agricoles.

Protéger les terres agricoles et les espaces naturels nécessaires à l’avenir des générations futures. Valoriser les espaces naturels et mettre en œuvre une politique de soutien à l’agriculture de proximité. Encourager de nouveaux modes d’habitat moins consommateurs d’espace que celui de la maison individuelle de ces dernières années, stopper le grignotage démesuré de la « campagne ». Mettre en place une politique foncière qui limite la spéculation individuelle et l’urbanisme d’opportunité.

  1. Valoriser les paysages de la campagne aixoise

Identifier et répertorier les sites paysagers les plus remarquables. S‘appuyer sur des espaces comme l’Arc, ses affluents et les parcs publics qu’ils relient pour proposer des espaces de promenade, de loisirs, de plaisir, destinés en priorité aux espaces publics, aux pratiques sociales communes et aux transports collectifs.

  1. Adopter une véritable politique de renouvellement urbain

Construire la ville sur la ville en la structurant par ses axes de transports en commun et ses modes de déplacements doux. Promouvoir un nouvel habitat favorisant la mixité sociale et fonctionnelle et mélangeant les espaces de résidence, de travail, de commerce, d’équipement et de loisir. Retrouver des centralités urbaines et une vie de quartier à échelle humaine.

Permettre à l’architecture contemporaine de s’exprimer et de mettre pleinement au service de ses usagers ses avancées et ses progrès techniques.

Réinvestir la première couronne de la ville comme territoire de proximité d’équipements, de services d’espaces publics et de vie sociale et économique. Accepter l’idée que l’ensemble Les Milles-Duranne devienne une vraie ville.

   7. Mettre en place un lieu permanent d’exposition et de discussion des projets

Proposer à l’instar de la plupart des grandes villes en France un lieu de communication, de documentation, d’exposition, de dialogue et d’échanges sur les projets de la ville, garantissant que le projet urbain soit l’affaire de tous.